« Revenir

Coups de coeur de la bibliothèque Filigrane 


La femme brouillon

Amandine Dhée

Le meilleur moyen d’éradiquer la mère parfaite, c’est de glandouiller. Le terme est important car il n’appelle à aucune espèce de réalisation, il est l’ennemi du mot concilier. Car si faire voeu d’inutilité est déjà courageux dans notre société, pour une mère, c’est la subversion absolue. Le jour où je refuse d’accompagner père et bébé à un déjeuner dominical pour traîner en pyjama toute la journée, je sens que je tiens quelque chose.

 


Adolescences lesbiennes: de l’invisibilité à la reconnaissance 

Christelle Lebreton

Tant de luttes ont été menées pour que les lesbiennes sortent de l’ombre. Pourtant, les adolescentes qui prennent conscience aujourd’hui de leur homosexualité refont le même chemin tortueux, de l’invisibilité à l’affirmation. Et le récit de ces expériences demeure rare, étouffé, voire phagocyté par le tapage continu du discours hétérosexiste. Ce livre rassemble et analyse les témoignages sans fard d’une vingtaine de jeunes femmes qui ont accepté de dévoiler pour nous ces parcours intimes.


Gender et séries télévisées

Sébastien Hubier, Emmanuel Le Vagueresse

Les gender studies consistent en une manière d’appréhender les femmes et les hommes comme les éléments indissociables d’un système devant nécessairement être regardé dans son fonctionnement d’ensemble. Ainsi, on réfléchira ici, autant à la manière dont des personnages empruntent à tel ou tel genre des caractéristiques qui leur sont traditionnellement assignées, qu’à la façon dont interagissent les stéréotypes genrés dans les relations actantielles qui fondent les scénarios de ces séries.


Histoires du soir pour filles rebelles

Elena Favilli, Francesca Cavallo

Elles sont pirates, scientifiques, espionnes, sportives, chanteuses, guerrières, reines, romancières… 100 femmes aux vies extraordinaires qui brisent les stéréotypes et encouragent filles et garçons à suivre leurs rêves. Voilà les histoires que nous devrions lire à nos filles… et à nos garçons !


Une apparition: roman

Sophie Fontanel

Sophie Fontanel, un soir d’été, décide d’arrêter les colorations et de regarder pousser ses cheveux blancs. Les semaines, les mois passent : un panache lui vient sur la tête, à mille lieues des idées préconçues sur les ravages du temps. Elle réalise que l’âge embellit aussi les femmes et que les hommes n’ont pas pour les cheveux blancs l’aversion qu’on supposait. Elle découvre que notre société n’attendait qu’un signal, au fond, pour s’ouvrir à une splendeur inédite, d’une puissance extraordinaire.
Ce roman est une fête. Celle de la liberté.


Je suis féministe: le livre

Marianne Prairie, Caroline Roy-Blais

Qu’est-ce qui fonde aujourd’hui la légitimité d’agir pour les jeunes féministes ? Cette question traverse l’ensemble des articles de ce numéro, qu’il s’agisse des collectifs autonomes au Brésil, des mouvements pour l’avortement libre et gratuit au Québec, des cours d’autodéfense féministe en France, des parcours individuels de militantes genevoises ou enfin des pratiques au sein de la blogosphère. Les luttes ne sont estimées légitimes que si elles prennent en compte la diversité des discriminations vécues par les femmes.


Femmes et santé, encore une affaire d’hommes

Muriel Salle, Catherine Vidal

Dans le domaine de la santé comme ailleurs, les inégalités entre les sexes existent et relèvent des mêmes stéréotypes et des mêmes mécanismes que dans le reste de la société, mais aussi de facteurs spécifiques, et notamment de la façon dont s’élabore le savoir médical. Pour lutter contre ces inégalités, il faut commencer par tordre le cou à un certain nombre d’idées reçues, chez les soignants comme chez les patients. Ce livre a pour objectif d’y contribuer, et de proposer des perspectives en matière de politique publique au service de la santé des femmes et des hommes.

 


Femmes et cinéma, sois belle et tais-toi!

Brigitte Rollet

En 2015, Hollywood a été dénoncé par certains comme l’industrie la plus misogyne des États-Unis et les enquêtes officielles pour sexisme se succèdent. En 2014, l’ONU femme conclut une étude sur l’impact du cinéma en affirmant qu’il perpétue la discrimination contre les femmes. L’usine « à rêves » aurait-elle tourné au cauchemar ? Parce que le cinéma est trop important pour n’être confié qu’aux cinéastes, parce que le rôle des images ne se limite pas au seul écran mais conditionne les perceptions et conceptions du féminin ou du masculin, ce livre s’attache à repérer et à souligner ce qui est en train de changer et ce qui perdure, devant et derrière la caméra.