« Revenir

Les Cellules d’entraide (CE)

Importé du Québec en 2006 par Geneviève Morand, ce modèle de mini-réseaux opérationnels existe outre-Atlantique depuis plus de vingt ans grâce à l’initiative de Lise Cardinal.

En Suisse, ce service était offert aux abonnées de Rezonance jusqu’à récemment, mais il est devenu un service rattaché à La Muse (nouvelle Fondation, créée par Geneviève Morand, qui anime un Espace d’émergence http://ce.la-muse.ch).

« Les CE permettent un échange multipolaire d’expériences et de savoir- faire. Entre Genève, Vaud, Neuchâtel, le Valais et Fribourg, ce sont maintenant douze CE qui existent, petits groupes fermés de 10 à 15 femmes entrepreneures, indépendantes ou cadres, qui se réunissent une dizaine de fois par an, 3 heures en soirée, à date fixe. Ce sont un peu comme de petits laboratoires, où la diversité s’apprivoise, et où règne la mixité des professions sans jamais permettre de conflits d’intérêts entre elles. Cette variété de compétences est nécessaire pour garantir le développement d’affaires, chaque membre faisant profiter la CE de son expertise et de son propre réseau. Ces viviers, espaces protégés et soumis à une stricte confidentialité, permettent aux femmes qui évoluent en leur sein, de partager des expertises et des expériences professionnelles, d’échanger et de s’entraider concrètement sur des problématiques réelles, tant personnelles que professionnelles, de briser leur isolement, d’exercer leur leadership, et de se lancer avec assurance et confiance en soi « à l’extérieur » avec un réseau déjà solide. » (voir note)

 C’est tout le bénéfice qu’elles peuvent retirer de l’« empowerment » des femmes par les femmes.

« En pratique, cette solidarité peut se traduire par l’apport d’une assistance logistique ou administrative à une dirigeante de PME en difficulté. Grâce aux différents contacts préalablement établis, l’accès peut être facilité à un nouveau poste pour celle qui aura été victime de la crise. Un soutien moral pour traverser un burn-out ou parfois même un secours porté jusque dans la sphère privée peuvent être apportés, si la gestion de la maison ou des enfants devient un obstacle à celle d’une problématique professionnelle, par exemple ». (voir note)

Les 12 bonnes raisons de participer à une CE

1. Gagner en confiance en soi

2. Tisser des liens durables

3. Expérimenter l’entraide

4. Oser exprimer ses besoins

5. Savoir reconnaître ses talents

6. Développer sa créativité

7. Approfondir sa capacité d’écoute

8. Echanger des expériences et des stratégies gagnantes

9. S’enrichir de points de vue multiples

10. Bénéficier d’une diversité de compétences professionnelles

11. Pratiquer concrètement son leadership

12. Rejoindre un carrefour de l’entraide féminine

Loin de se faire concurrence, les différents réseaux professionnels peuvent s’avérer être complémentaires.

(note) Extraits de l’article de Priscille Menard-Durand : « Femmes et réussite professionnelle : quand les réseaux s’en mêlent » du 20.09.10 sur http://www.gbnews.ch  rubrique Femmes et emploi.