« Revenir

Inégalités dans les choix professionnels

Tous les métiers sont ouverts à chacun et chacune… mais savez-vous que :

  • Seulement trois secteurs d’activités (commerce et bureau, vente, soins infirmiers et paramédicaux) attirent 65% des apprenties.
  • Le nombre de métiers possibles est pourtant de l’ordre de 5000, mais 70% des jeunes filles font leur choix parmi une dizaine de professions seulement (employées de commerce, vendeuse, coiffeuse…). (Extrait de la brochure « 16+ pour toi, quelle orientation ? »)

  • Les filles choisissent leur métier parmi 20% de l’offre environ. Des formations courtes menant à des métiers de femmes donc moins bien rémunérés.

    Le choix professionnel des filles et des garçons reste encore très stéréotypé. Ils restent bloqués dans des schémas ancestraux : soins, social et bureau pour les filles, et large palette surtout technique, pour les garçons. Il existe toujours des métiers où travaillent des majorités d’hommes et d’autres, des femmes. 

    Les secteurs professionnels où les filles sont le plus absentes sont : informatique, ébénisterie, automobile (carrossière, mécanicienne), industrie des machines, (automaticienne, polymécanicienne, laborantine en physique…), électronique, électricité… Souvent elles croient, à tort, ne pas avoir les capacités nécessaires pour explorer d’autres voies.

    Cette différenciation de l’orientation selon le sexe engendre une série d’inégalités dans le parcours scolaire et dans les modalités d’insertion professionnelle.

    Nous donnons ici quelques pistes et conseils pour une orientation qui permette de s’éloigner peu à peu des stéréotypes « filles-garçons » et qui pousse les jeunes à une réflexion dans le domaine de l’orientation professionnelle elle-même comme dans celui de l’égalité hommes-femmes.

  • Informer sur la nécessité et l’intérêt de la diversification des choix professionnels pour les jeunes filles.

  • Encourager une information générale tout au long de la scolarité et du parcours de formation, sur les filières et la situation de l’emploi, en intégrant systématiquement la dimension sexuée.

  • Mener des actions très tôt sur la représentation des rôles respectifs des femmes et des hommes.

  • S’interroger sur l’image des sciences chez les jeunes.

  • Sensibiliser davantage les familles sur le lien orientation-sexe.

    Afin que chacun-e choisisse à son gré, mais après avoir envisagé toute l’offre de formation.

    Quelques sites intéressants :

    Conférence des déléguées à l’égalité 
    www.equality.ch

    Journée des filles
    www.journee-des-filles.ch

    16+
    www.16plus.ch

    A voir également :
    « Sur les traces de parcours professionnels inattendus : quand l’esthéticienne est un homme… et le garagiste une femme »
    DVD réalisé par Dominique Ducret et Nadia Lamamra, Institut suisse de pédagogie pour la formation professionnelle, Lausanne, 2003. 
    Ce DVD est disponible à Filigrane.

 

4.01.2005