« Revenir

Quels types de psychothérapies ?

Il existe un grand nombre de méthodes psychothérapeutiques, et il est parfois difficile de faire un choix parmi toutes les méthodes proposées. Nous donnons ici quelques indications sommaires sur les différentes orientations, mais il est évident que le choix dépend du type de problème à traiter, du tempérament de la personne, des affinités avec la méthode mais aussi avec le ou la thérapeute.

1. Les orientations psychanalytiques

La psychanalyse : inventée par Freud, la psychanalyse est basée sur une connaissance du fonctionnement psychique de l’être humain et peut constituer une méthode thérapeutique pour de nombreux problèmes psychiques. La cure psychanalytique est fondée sur les éléments suivants : reconnaissance du rôle primordial de l’inconscient et du complexe d’Oedipe, névrose infantile qui se répète dans la vie ultérieure sous forme de symptôme et dans le transfert avec le-la psychanalyste. La cure se déroule sur un long terme et suppose en général quatre séances par semaine.

Les psychothérapies psychanalytiques : forme de thérapie qui s’inspire directement de la psychanalyse sur le plan théorique. Elle s’adresse à des sujets qui ont un sentiment de souffrance psychique, mais pour qui une cure classique ne se justifie pas. La durée peut également être longue, mais le rythme est de une à deux fois par semaine.

Le psychodrame : envisagé comme une extension de la démarche psychanalytique, sa particularité tient au recours qu’il fait à un cadre comprenant l’alternance d’espace et de deux temps distincts : celui de la discussion, association et éventuelle interprétation et celui du jeu. Dans le jeu dramatique, la parole s’appuie donc sur les corps des participants impliqués dans l’action et dans les relations. Cela permet d’aborder différentes identifications possibles.

La psychologie analytique (C.G. Jung) : elle accorde une place cruciale à l’équilibre entre la vie consciente et inconsciente. Une hypothèse centrale est celle du processus d’individuation, selon lequel chaque individu peut découvrir et intégrer dans sa vie son potentiel inconscient. L’analyse vise l’instauration d’un dialogue croissant entre passé, présent et futur de l’analysant, au moyen de l’écoute des rêves, de la relation analytique et de toute autre source de manifestations de l’inconscient.

2. Les orientations systémiques

Ces différentes approches ont toutes en commun d’aborder les interactions d’un individu avec un milieu donné ou entre individus plutôt que des caractéristiques propres à l’un ou à l’autre. A partir le plus souvent, de descriptions détaillées de situations concrètes, le thérapeute utilisera un certain nombre d’outils thérapeutiques (métaphores, recadrages, génogramme, etc.) dans le but d’aider les personnes à cerner leurs difficultés, à déterminer des objectifs réalistes et à réaliser les changements désirés.

3. Les orientations cognitivo-comportementales

La thérapie comportementale : elle propose des stratégies et des techniques de changements qui visent le comportement conscient et observable. Ces techniques s’appuient sur les théories de l’apprentissage et du conditionnement dont le principe essentiel est de dire que les comportements s’apprennent et se fixent en fonction des renforcements externes et internes. C’est une psychothérapie brève, structurée, centrée sur l’ici et maintenant, qui nécessite une importante motivation et responsabilité du patient dans le changement.

La thérapie cognitive : c’est une approche structurée, limitée dans le temps (environ 20 séances), centrée sur le comment faire face aux difficultés rencontrées dans la réalité quotidienne par la prise de conscience et la modification des pensées dysfonctionnelles et inadaptées. Au cours de la thérapie, patient et thérapeute jouent tous les deux un rôle très actif en cherchant ensemble de nouvelles manières d’appréhender soi-même, le monde et l’avenir.

4. Les orientations humanistes

La thérapie centrée sur la personne : fondée par Carl Rogers, elle s’est développée comme une « troisième force » de la psychothérapie, aux côtés de la psychanalyse et de la thérapie comportementale. Elle part du principe que chacun possède en soi une tendance fondamentale à réaliser pleinement ses potentialités humaines. La principale condition pour que cela se produise est que la personne bénéficie d’une acceptation de la part de ceux avec qui elle est en relation. La psychothérapie offre cette acceptation inconditionnelle qui permet alors l’émergence d’une conscience claire et constructive de chaque événement vécu.

La Gestalt-thérapie : c’est une approche holistique qui tient à réaliser l’unité de la personne, elle porte donc sur l’esprit, le corps et les émotions. La Gestalt-thérapie s’appuie sur une épistémologie, une théorie et une démarche clinique qui favorisent l’état présent (ici et maintenant) pour y puiser le matériel dynamique qui éclaire le passé de la personne, son présent et ses objectifs.

5. Les autres orientations

L’analyse transactionnelle : c’est un ensemble de théories sur la personnalité, sur le fonctionnement intrapsychique de l’individu, ses relations interpersonnelles, son comportement et son développement. C’est aussi un ensemble de procédures et de techniques visant à permettre à toute personne de changer les aspects limitants de sa vie.

Parmi les concepts de base de l’A.T. on peut citer : les états du moi (Parent-Adulte-Enfant), les transactions (comment se passe l’échange entre personnes et avec quel état du moi), les jeux (comportements répétitifs conduisant souvent à des sentiments négatifs), les scénarios (qui montrent que ce qui nous arrive peut être en fait le plus souvent programmé).

Analyse et thérapie bioénergétique : le postulat de base de l’analyse bioénergétique est que le corps, l’esprit et l’âme sont fonctionnellement identiques, c’est-à-dire que ce qui se passe dans l’esprit ou dans l’âme se reflète dans le corps et réciproquement. Le travail thérapeutique prendra en compte ces différentes dimensions dans leur relation dynamique. Il se fait au niveau verbal mais aussi avec des moyens d’intervention spécifiques au niveau corporel.

 

V.A.A. / 2000