« Revenir

Coups de coeur de la bibliothèque Filigrane 


Les figures de l’ombre 

DVD réalisé par Theodore Melfi 

« Les figures de l’ombre relate l’histoire remarquable et méconnue de Katherine Johnson (Taraji P. Henson), Dorothy Vaugan (Octavia Spencer) et Mary Jackson (Javelle Monae) – trois Afro-américaines brillantes, employées comme mathématiciennes par la NASA dans les années soixante, et qui jouèrent un rôle clé dans la mise sur orbite de l’astronaute John Glenn. Cet événement, une prouesse monumentale, conféra aux Etats-Unis un avantage décisif dans la course à l’espace, et mit le monde entier en émoi. Les membres de ce trio visionnaire durent surmonter toutes les barrières, qu’elles soient de race ou de sexe, afin de s’ériger en inspiratrices pour les générations futures. »

 


Les gros mots : abécédaire joyeusement moderne du féminisme

Clarence Edgard-Rosa (Hugo Doc, 2016)

« Pourquoi « féminisme » est-il encore considéré comme un gros mot ? Comment s’y retrouver dans la jungle des courants féministes ? Les Spice Girls ont-elles piétiné l’héritage militant du girl power ? Comment s’expliquent les inégalités salariales entre les hommes et les
femmes ? Qu’est-ce que le mansplaining, le slut shaming, l’empowerment ? Toutes ces questions trouvent des réponses claires et décalées dans Les gros mots.

Cet abécédaire, résolument et joyeusement moderne, tente de définir ce que veut dire être féministe à l’ère de la 4G, de Beyoncé et du mouvement « Free the nippe », entre concepts toujours d’actualité, nouveau enjeux, apports de la pop culture, expressions populaires et vocabulaire d’initié-e-s. Alors dites des gros mots ! »


Celle dont j’ai toujours rêvé

Meredith Russo (Pocket jeunesse, 2017)

« Pour devenir elle-même, Amanda a traversé bien des épreuves, mais la plus terrifiante reste à venir : sa première histoire d’amour. Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s’intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l’empêche de s’ouvrir aux autres. Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Amanda comprend que pour être heureuse, elle doit se révéler, au risque de tout perdre. Car le secret d’Amanda c’est qu’avant, elle s’appelait Andrew. Celle dont j’ai toujours rêvé est un récit universel et une fantastique histoire d’amour. »


Manon dit toujours non : J’veux pas être une princesse !

Helena Noguerra, Thierry Dardanello; illustré par Sophie Bouxom (Actes Sud Junior, 2017)

« Non, c’est non : Manon ne veut pas être une princesse ! Plus tard, elle s’imagine plutôt peindre mille couleurs dans le ciel comme Sonia Delaunay, rouler aussi vite que Jeannie Longo, dessiner des habits comme Coco Chanel ou écrire des livres comme Marguerite Duras… Cet album pour enfants aux illustrations délicatement rétro met en scène une héroïne qui a du caractère et une imagination débordante pour évoquer différents métiers à travers d’emblématiques figures féminines. »


La différence des sexes

Etude collective sous la direction de Nicolas Mathevon et Eliane Viennot (Belin, 2017)

« Qu’est-ce qu’être une femme ou un homme ? Ce que nous pensons « féminin » ou « masculin » l’est-il bien ? Est-ce conjoncturel, culturel, ou bien profondément inscrit dans nos corps et plus ou moins tangible ? Ces questions se posent de nos jours dans un contexte radicalement nouveau: celui de la remise en cause globale de la domination masculine, celui des recherches foisonnantes que cette contestation a engendrées, celui des politiques publiques qui tentent de mettre en oeuvre l’égalité des sexes. Autant d’approches qui viennent bousculer les idées reçues et les pratiques sociales. Le domaine de la recherche scientifique n’échappe pas à ces tiraillements. C’est à l’exploration de ces questions que nous invite ce livre iconoclaste, auquel ont travaillé des spécialistes venu-e-s d’horizons très divers (des « humanités » aux sciences de la vie, en passant pas le droit, les arts, la médecine).»


La consolation

Flavie Flament (JC Lattès, 2016)

« « Que ceux qui dorment tranquilles sur l’oreiller de mon silence poli depuis tant d’années comprennent leur méprise: la petite fille que j’étais a toujours crié au fond de moi, et n’a jamais douté de la cause de son indignation. Le silence a cette vertu de paraître éternel. Mais tant qu’on est vivant, on peut le briser. (…) Alors j’ai décidé de faire face. J’ai laissé remonter les images de l’enfance, dans un désordre fou, j’ai essuyé les bourrasques, résisté au tourbillon et, assurée par des gardiens de la psychiatrie, j’ai recomposé ce film dont la projection m’était, depuis mes 12 ans, interdite. C’est mon histoire, celle de Poupette, à qui il manquait un morceau d’existence aussi vital qu’un battement de coeur. J’ai assemblé, une à une, les séquences du saccage d’une innocence, comme on recompose une photo que les coupables ont un jour sciemment déchirée. »

Dans ce récit sensible et délicat, Flavie Flament évoque la trahison des adultes qui lui ont ravi son corps et son innocence. C’est aussi l’histoire d’une renaissance.»


Un cri sous la glace

Camilla Grebe (Calmann-Lévy, 2017)

« Emma, jeune suédoise, cache un secret: Jesper, le grand patron qui dirige l’empire dans lequel elle travaille, lui a demandé sa main. Il ne veut cependant pas qu’elle ébruite la nouvelle. Deux mois plus tard, Jesper disparaît sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée, que personne ne parvient à identifier. Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul hic, ils ne se sont pas reparlé depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret: elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés. S’ensuit un double récit étourdissant où chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombre. A qui donc se fier pour résoudre l’enquête ? Un cri sous la glace est le premier roman de Camilla Grebe traduit en français. »  

 


Alice au pays du réel

Isabel Franc; dessins Susanna Martin (Alterlivres, 2016)

« Le périple du cancer: à en rire et à en pleurer. Alice ne vit pas au pays des merveilles. Elle est passée par une expérience malheureusement réelle et assez répandue chez les femmes: un cancer du sein. Cependant, grâce à son esprit combatif, un peu « allumé », et positif, elle a su retourner la situation. Ni le périple de la maladie, ni les traitements médicaux agressifs, ni l’ablation d’un sein, ne lui ont volé son sens de l’humour. L’héroïne de cette histoire nous raconte son aventure en se basant sur une simple certitude: la vie après le cancer n’est plus jamais pareille. »